Un jour j’irai à New York avec toi !

Ces quelques paroles célèbres du groupe Téléphone m’ont trotté dans la tête plus d’une fois. Bêtement lors d’un concours Facebook, Monsieur M les avait postées. Je me suis dit, pourquoi pas. New York n’était pas spécialement dans ma top liste mais un jour peut-être.
Une fois au Canada, problème de santé, retour en France obligé. Il fallait quitter ce splendide pays après seulement un mois.
Pas tip top dans la tête et dégoûtée pour Monsieur M – qui avait tout de même tout lâché pour me suivre -, j’ai acheté des billets retour au départ de New York.
Ce sera l’anniversaire de Monsieur M dans quelques jours, il me disait qu’un jour il visiterait la grosse pomme. Quoi de mieux que de finir cette expérience outre-mer sur une touche de folie supplémentaire.

New York, un booster en un jour

New York ne m’avait jamais vraiment attiré. Mon arrivée en étant fatiguée, à 6h du matin dans des rues sales, sous une chaleur déjà étouffante et des alcooliques longeant les murs, je me disais que ça commençait mal.
Time Square est à 5 minutes à pieds. Coup de choc dans ma tête, la fatigue amplifiant mes émotions : j’espère vraiment que toute la ville ne sera pas comme cela, car je risque de passer les pires jours de voyage de ma vie.
Time Square, des écrans de partout, des bouches d’égout fumantes, une odeur à m’en retourner l’estomac. A cette heure, Broadway boulevard est encore calme. Non, les films ne mentent pas, il n’y a pas toujours de circulation intense à toute heure.
La démesure est bien présente et j’ai peur d’imaginer les factures électriques 🙂

Niveau architecture c’est la découverte du Grand Central Terminal avec son énorme hall, la New York Public Library qui fait que j’aime toutes ces anciennes bibliothèques et les livres. New York cache bien des secrets et je commence à m’habituer.
Je pensais me sentir oppressée dans ces longues rues perpendiculaires, entre ces géantes tours, et pourtant, je m’y suis vite bien sentie. Ces petits parcs un peu partout aident à prendre du recul, à respirer.
Madison Square Garden m’avait reboosté après cette courte nuit et ces heures de marches déjà effectuées.
La ville m’intrigue de plus en plus. J’avais envie de la découvrir sous un autre angle alors direction la High Line pour profiter de l’air marin et se rafraîchir un peu.
Des vues sur les rues incroyables, un petit écosystème présent le long de cet ancien chemin de fer. C’est juste un endroit que j’ai vraiment adoré.
Premier vrai repas américain dans un petit resto bar dans un petit quartier peu fréquenté par les touristes de Brooklyn. J’abandonne, niveau viande marinée, ils savent y faire ces américains !
Comment passer d’un moral à ras de zéro avec la fatigue à un énorme j’en veux encore qui me caractérise tant !
New York, tu m’as intriguée et j’ai commencé à t’adorer. Le tout, en seulement une journée.

New York, Remember

Sister Act avait bercé ma jeunesse. Je suis athée, mais respecte cultures et religions. Le Gospel est une chose que j’avais toujours voulu découvrir. A Brooklyn, j’ai eu la chance de vivre un Gospel car, oui ça se vit. Les personnes y sont si intenses qu’elles transmettent leur énergie. Ce fût vraiment quelque chose d’incroyable et que je recommande.
Dans la continuité de cette journée du souvenir, Ground 0 et les événements du 11 septembre. New York s’est relevé de ce drame mais les noms inscrits sur les édifices en montrent encore l’impact. The Bell of Hope – La cloche de l’espoir – placée dans la petite chapelle de Saint Paul est également un symbole de souvenirs, mais bien moins connue.
J’ai besoin de nature et de regarder les gens qui s’affairent, alors direction un lieu plein de vie : Central Park. Les enfants se défoulent en courant, les plus grands en jouant au baseball. Entre les vélos, les animaux et la végétation, Il fait bon vivre dans le poumon de la ville.
La boucle est bouclée pour cette journée sous un soleil de plomb et remplie d’émotion.

New York, sur leurs pas

Vu le nombre de personnes que j’ai rencontré dans cette ville, je suis sincèrement comblée de voir autant de générosité, pas autant de stressés comme il nous est souvent mentionné. Le vrai New York est extrêmement social.
Qui dit New York dit… grosse pomme, la ville qui ne dort jamais et surtout : Statue de la liberté.
Embarquement pour liberty Island. Impossible de monter dans la dame de fer car les billets ont été achetés en dernière minute. Plus de place depuis 1 mois donc c’est plus compliqué d’un coup 😉
L’audioguide est vraiment au top et on apprend beaucoup de choses sur cette île, cette grande dame et l’histoire américaine. J’avoue y avoir passé des heures vraiment enrichissantes. Bien évidemment, découverte d’Ellis Island, l’entrée principale des immigrants qui arrivaient aux Etats-Unis avant 1954. Encore une mine d’information qui arrive en trombe pour mon plus grand bonheur.
Sur les vagues, on observe Manhattan, cette skyline éblouissante sous les rayons du soleil. Il fait très chaud aujourd’hui et comme Central Park est immense, retour pour aller y découvrir ses petites merveilles.
Juste avant, ce sera un petit détour dans une librairie spécialisée dans les livres de cuisines pour y dénicher quelques perles de la cuisine New-yorkaise. – D’ailleurs j’en ai testé depuis et aie aie aie que c’est bon !
Ce soir sera la dernière nuit dans la capitale américaine et pour poursuivre le thème de la journée, rendez-vous à Chinatown – moins impressionnant que je ne l’aurai cru – et Little Italy – qui est vraiment little pour ce coup. Un Chinatown rempli de magasins attrape touriste, une rue principale de Little Italy qui est remplie de restaurants – Italiens of course.
Demain sera l’anniversaire de Monsieur M. Comme nous avons un vol assez tard mais pas assez pour profiter d’un repas, on décide de se poser près de Little Italy avec en tant que gagnants à la loterie, une intoxication alimentaire… Pas très fraîche, je voulais tout de même aller profiter d’un time Square en lumière. OMG! Broadway est éclairé de milles feux, time square, n’en parlons même pas, c’est une bombe de lumière, de publicités, de bruit et d’extrême surpopulation 😉 Si vous voulez en profiter, je pense qu’il faut y aller très tôt le matin car même très tard, ce n’était pas encore assez.

New York, ton autre facette

Dernier jour, il reste encore quelques heures avant le décollage alors il y a certaines choses mythiques que je voulais personnellement expérimenter.
Traverser le pont de Brooklyn qui est une structure impressionnante, qui offre une vue géniale. D’ailleurs un civisme au top entre piétons et cyclistes.
J’y trouve aussi mon fun entre l’appareil photo, la skyline sous un ciel bleu et bien évidemment les taxis sous les câbles d’acier du pont.


A l’arrivée, c’est une découverte d’un Brooklyn aux rues tellement propres et verdoyantes qu’ils doivent faire jalouser les personnes vivant à Manhattan. Pas de trajet précis, ballade tranquille dans les ruelles pour finalement sans le savoir, arriver dans une des rues les plus célèbre pour son point de vue sur le pont. Il est bien loin le Brooklyn des années 90 dont la télévision ne donnait que cette image proche du ghetto.
Il fait beau, l’air marin fait du bien. C’est l’anniversaire de Monsieur M, alors on se laisse porter sur les quais. Une vue géniale, des habitations habillées de murs végétaux et d’anciens entrepôts réhabilités en centres sportifs pour le quartier. Des installations au top, cadrées par des moniteurs.
Enfin, un bus scolaire à l’arrêt qu’il m’est possible de tranquillement photographier.

Anniversaire dit gâteau et j’ai voulu faire découvrir à Monsieur M ce qu’était un cheesecake, un vrai de vrai, pas ceux que l’on peut trouver en France. Pour cela, il faut aller à Junior’s. Le tout premier restaurant a été créé à Brooklyn et il est toujours là. Si vous voulez vous en payer une tranche, il y a désormais un restaurant entre Broadway et la 45ème avenue.
Après un repas à tomber, le dessert approche. Je le laisse goûter et là, vu le coup de fourchette, j’ai compris XD
Sincèrement, pour en avoir goûté des tas, le Cheesecake de Junior’s vaut vraiment sa place de meilleur cheesecake au monde !

Il est temps de rejoindre l’aéroport international de JFK qui est une énorme usine. Il est temps de décoller, retour en France.
Ces quelques jours qui n’étaient pas du tout prévu dans notre séjour initial ont été plus qu’épanouissant. Comme quoi, les coups de tête, les coups de folies et les imprévus apportent toujours plus.

Brooklyn Bridge - New York
Pont de Brooklyn

Les astuces et bons plans

Logement

Air BnB m’a sauvé la mise. Deux jours avant l’arrivée, Brooklyn était le plus abordable et avec tous les métros et/ou bus, on arrive à Manhattan en moins de 20 minutes.
C’était mi-juillet, un peu moins de 60€ par nuit pour deux et des chambres franchement au top !

Transport

Pour les transports, optes pour un pass de métro qui n’est vraiment pas élevé : 28€ ( 32$ + 1$ la carte) pour la semaine. Cela te permettra de te déplacer plus facilement car déjà rien que Manhattan, c’est Grand 😮
Inclus : Bus et Métros.
A acheter directement dans les machines MTA en stations.

Restos

  • Junior’s Restaurant and Bakery
    Brooklyn : 386 Flatbush Ave Ext, Brooklyn, NY 11201 (Testé et approuvé. Le serveur est un amour !)
    Manhattan : (45th Street), 1515 Broadway, New York, NY 10019

    Pour leur fameux cheesecake New-yorkais reconnu meilleur au monde (et il doit l’être car pour le moment c’est le meilleur que j’ai pu goûter).
    Si vous êtes tentés, ils vendent des livres de recettes qui sont au top. Dont un spécial cheesecake :p

Gospel

The Brooklyn Tabernacle – 17 Smith street, Brooklyn, NY 11201
Deux horraires possible le dimanche matin.

Libraire

Kitchen Arts & Letters – 1435 Lexington Avenue, entre la 93 et 94ème rue, NY 10128
Un magasin indépendant spécialisé dans les livres de cuisines et de boissons. Vous y trouverez des livres en tout genre et même en différentes langues. Je suis repartie avec deux livres de cuisine américaine et j’ai trouvé un livre avec de bonnes recettes polonaises, à l’ancienne (je n’avais pas réussi à en trouvé un lors de mon voyage en Pologne 🙁 ).

Et vous, la visite de New York, tentés, pas tentés ? Pourquoi ?
Et pour ceux qui sont déjà allés croquer la grosse pomme, qu’en avez-vous pensé ? Je suis passée d’un extrême à l’autre en quelques jours alors je suis intriguée par vos réponses.

Petite française - mais pas SI petite - expatriée depuis 2011. Après le Royaume-Uni chez les Gallois et l'Allemagne chez les Schwab, c'est au tour du Canada chez les Québécois. Passionnée de voyage, d'expatriation, de culture, de cuisine et du DIY, j'aime partager et discuter autour de ces thèmes.

2 commentaires

  1. Très chouette article ! J’ai ressenti la même chose à New York : au début j’ai détesté, j’ai touvé ça trop grand, trop froid, trop lumineux, trop Disney quoi. Mais après, on prend le temps de découvrir la ville et certains quartiers ou monuments ne laissent quand même pas de marbre !

    1. Merci Bettina.
      C’est exactement cela. Comme quoi, ne jamais s’arrêter à sa première impression 😉

Écrire un commentaire