Vie de Couple , ,

Eh voilà ! Nouvelle étape de franchie dans notre romance à distance : Le premier voyage en amoureux.
Une première pour moi et Monsieur M car nous n’avions jamais voyagé avec une moitié auparavant ! Il faut bien une première fois à tout me diriez-vous.

Habitués à nos rares weekends dans nos cocons respectifs, nous avions décidé de partir en vacances ensemble en septembre. Moi, grande âme vagabonde en sac à dos, lui, plus posé et peu habitué à voyager. Vu comment je commence à lui donner la fibre du voyage, je vais dire : un sédentaire en voie de guérison  😛 Deux visions du voyage semblant différentes, des personnalités encore en cours de découverte. Cela promettait quelques belles étincelles et beaucoup de self-control des deux côtés.

On dit souvent que le voyage montre la vraie personnalité car l’individu se retrouve sans repères. Je sais que je ne peux pas voyager avec certains de mes amis que j’affectionne pourtant beaucoup. Tout simplement parce qu’ils ne gèrent pas le stress ou n’ont pas du tout la même vision du voyage que moi. Ce premier voyage, ce fût une étape non négligeable dans notre relation : la compatibilité des caractères et la découverte des passions.

Alors comment voyager avec sa moitié quand on se connaît peu ? Comment montrer sa personnalité, rester soi-même et faire découvrir nos passions respectives ? Comment profiter de cette occasion pour faire évoluer une relation à distance ? Voici les quelques points personnels que nous avons abordés lors de notre premier voyage en amoureux entre une voyageuse et un sédentaire en voie de guérison.

Une destination où partager les passions

Pour notre première destination, pas de plage ni de sable chaud mais un pays plein d’histoire et qui tenait fortement à cœur à Monsieur M de part ses racines : La Pologne. Personnellement, je voulais visiter ce pays depuis plusieurs mois alors la destination nous convenait parfaitement.

Pour moi, je pouvais partager ma passion du voyage par l’organisation, la découverte, la nature. Pour lui, passionné par la seconde guerre mondiale, il pouvait partager ses connaissances, et de part ses racines, découvrir les terres de ses ancêtres et me parler de ses origines.
Partager nos passions respectives dans un seul et unique voyage. On a été gâté !

Pouvoir découvrir les passions de l’autre, c’est apprendre à connaître ce qui le fait vibrer, ce qui le touche et pourquoi. D’après moi, un moment d’intimité et d’échange précieux.
Alors oui, au programme ce fût lieux historiques, églises et cimetières. Chacun son trip pas vrai ? Je vous rassure, on ne s’est pas arrêté uniquement à cela mais je vous garde ces découvertes pour plus tard.

Trouver un équilibre

Gérer la dose de stress

Je suis habituée à voyager en mélangeant le mode réservation et plans de dernière minute. C’est quelque chose que j’adore et je voulais garder ce point. C’est ce que je suis, c’est ma manière de voyager. Puis un peu de stress, cela fait du bien. On en garde souvent de bonnes expériences et de bons souvenirs après coup.
Un plan 100% dernière minute, cela peut être stressant lors d’une première expérience et n’ayant eu que six jours pour se retrouver, j’ai évité de mettre une dose de stress niveau 100% mais j’ai tout de même gardé du 50%. Ce qui est déjà pas mal pour une première fois. Souvenez-vous un peu de votre premier voyage… Excitant, un peu flippant et stressant, pas vrai ?

Au final, il y a eu beaucoup de trajets en bus de dernière minute et dans des minibus très petits pour la taille de Monsieur M.
Des travaux sur les routes de campagne avec un GPS qui voulait absolument nous faire repasser par le même chemin et aucune indication de déviation, sans compter l’assistance de mère nature qui nous offrait un brouillard dense qui rendait la conduite assez difficile dans les forêts.

Pour le laisser décompresser et qu’il puisse profiter pleinement de certaines activités, lorsque des visites étaient disponibles en Français, on prenait cette option. Quand on n’est pas habitué à parler anglais, l’écouter pendant des heures peut vite donner la migraine et faire monter le stress ou la lassitude. Je lui ai donc facilité un peu la vie.

Au final, il a simplement assuré. Pas réellement de stress par rapport à l’organisation : en mode « on fait au fil de l’eau ». Quand il s’énervait un peu, je le calmais gentiment ou le laissais bouder 5 minutes dans son coin jusqu’à ce qu’il réalise que ce n’était finalement pas grand-chose. Au final, il a adoré ce petit côté adrénaline et mésaventures finissant bien qui sont inspirantes lors des voyages et dont on peut rire de nouveau en y repensant.

Un minimum d’intimité

Nous sommes en relation à distance. Les moments à deux étant assez rare, il faut aussi pourvoir en profiter en vacances. Pourtant je voulais aussi faire découvrir à Monsieur M comment je voyage ; pour qu’il ne se mette pas à stresser à chaque fois que je suis sur les routes. Il connait mes côtés dingues et après tout, c’est mon voyage en Egypte qui nous a rapprochés.
Donc pas de chambres d’hôtels aseptisées et impersonnelles et encore moins un séjour all-inclusive. Au final, location d’une chambre privative, mais avec une salle de bain en commun, dans une auberge de jeunesse. Une sorte de « vis ma vie » lorsque je voyage pour le côté salle de bain et WC partagés.
Pour aussi changer nos idées et déconnecter, une petite nuit dans un B&B au milieu des bois et une autre dans une chambre dans l’enceinte d’un château.

L’intimité, c’est nécessaire dans une relation. Alors des auberges dans des dortoirs, c’est possible mais tout le temps, ce n’est pas trop la joie. N’ayant que six jours, nous avons opté pour un minimum d’intimité en optant pour notre lit à nous le temps de quelques nuits. Puis de petits hôtels annexes, le romantisme ne tue pas lors de ces rares occasions.

Les clés du château... Enfin juste de notre chambre au cœur de Ksiaz
Les clés du château… Enfin juste de notre chambre au cœur de Ksiaz

Un budget sans excès au plus proche des personnalités

J’aime beaucoup voyager et donc je fais aussi attention au budget. Je ne suis pas flambeuse et aime les choses simples sans pour autant me priver de quelques petits excès.
A la base, Monsieur M me demandait de lui communiquer un budget. Sauf que me connaissant, j’aurai décidé de partir bien plus longtemps alors il a compris après quelques discussions que c’était plus son budget qui allait déterminer notre voyage : sa durée et les activités. Les compromis sont alors faits. Vu ses premiers dires, je m’attendais à un budget ultra serré ! Au final, il fût plus que correct pour nous permettre une petite semaine sans trop se priver et pourtant sans faire dans l’excès. C’est aussi l’avantage de la Pologne : les prix bas.

Nous sommes tous les deux de bons vivants dont le luxe n’est pas la tasse de thé. Nous voulions donc pouvoir profiter tout en restant dans un environnement qui nous correspond.

Moi qui aime être le plus libre possible, j’évite au maximum les voyages organisés et préfère tout gérer par moi-même. Certes, cela demande un peu plus de temps mais c’est tellement plus plaisant de prendre son temps, de ne pas devoir courir pour visiter un lieu ou de ne pas arriver avec de nombreux groupes.

Et là, on remarque facilement la différence de prix. N’étant pas habitué à voyager, Monsieur M a nettement vu la différence de budget entre le voyage organisé et celui planifié maison. Sans compter le calme que l’on a pu obtenir lors de certaines visites.

Les Carpates polonaises - Zakopane
Les Carpates polonaises – Zakopane

En profiter pour parler

Les vacances, cela permet de s’évader mais aussi d’avoir l’esprit un peu plus léger. Il est bon alors de parler de certains sujets qui vous tiennent à cœur. Que ce soit quelque chose qui vous a inquiété, une chose qui vous a un peu énervé, un point sur votre futur… Il ne faut tout de même pas oublier que même si vous êtes en vacances, c’est aussi une des rares occasions où vous pouvez être face à face, vous parler en évitant les incompréhensions.
N’allez pas cracher tous les sujets sur la table de but en blanc, c’est évident. Un peu de subtilité bon sang ! Mais n’oubliez pas que la communication dans votre couple est importante et que les occasions étant rares, il faut aussi y songer.

Personnellement, nous avons lancé les sujets les plus importants environ à la moitié du séjour. Nous étions plus zen, les conversations calmes même si un peu tendues parfois. Nous évitions les restaurants qui rendent les conversations trop formelles. Au final, nous avons clôturé de nombreux petits sujets, qui pourtant sans grande importance à eux seuls, peuvent avec le temps devenir gênants. Essayez lors de nos ballades nocturnes, pour nous c’était le mieux.

De l’implication

Monsieur M m’a laissé de nombreuses cartes blanches pour l’organisation. Habituée à voyager, il m’est toujours plus facile de trouver les bons plans et les petits coins perdus. Pourtant il ne s’en est pas sorti aussi facilement et a du effectuer quelques recherches de son côté. Des recherches de billets d’avions, de visites, de spécialités culinaires…
Il s’est impliqué, on a comparé. Ca lui permet de se projeter un peu dans mon monde où tous mes proches pensent que c’est tellement facile de voyager… Mais qu’il faut tout de même faire quelques recherches pour le faire moins cher !

Comme c’était son premier vol, je l’avais également briefé sur les aéroports, les consignes du passage des postes de sécurité. La dernière fois que je l’avais vu, je lui avais offert un petit quitte de transport de liquides pour l’avion et un coussin de voyage. Vu que Monsieur M est très grand, la tête dépasse fortement des sièges et vive le mal de cou.

Quand les deux sont impliqués lors d’un voyage, cela crée de nouveaux liens, alors même si ce ne sont que quelques minutes par-ci par-là, faites-le. Ca permet aussi de se visualiser en attendant les prochaines retrouvailles.

Le travail sur soi

Les premiers jours furent un peu stressants pour moi. Je suis très indépendante et donc quand Monsieur M me proposait un coup de main, j’avais du mal à l’accepter – ne serait-ce que tenir mon sac quelques minutes le temps de refaire un lacet, me laisser passer en premier…
J’avoue avoir dû travailler sur moi-même pour me laisser aller mais j’imposais toujours mes limites. Ce qui le faisait plus rire qu’autre chose.
A vrai dire, on s’y fait avec le temps mais je n’ai pas encore à l’esprit de lui demander un coup de main si besoin. Je tente encore de faire le tout par moi-même. Après tout, le chevalier blanc, ce n’est pas trop pour moi !

De son côté, Monsieur M peut facilement stresser. En voiture, les autres chauffeurs et surtout tourner en rond à cause d’un GPS et des travaux. Au final, il a réussi à me laisser gérer et s’est calmé. Quelques pics de stress parfois qu’il tentait de cacher et me laissait en rire sans me faire de remontrances. Il me fait simplement confiance et sait que je me base sur mon expérience.

Voyager en couple, c’est apprendre à se reposer sur l’autre en cas de coup dur, de stress ou simplement d’entraide. Pour un premier voyage, on s’en est assez bien sorti. Pas de disputes, de la discussion et des explications. On a bien géré 😉

Cœur dans l'église franciscaine de Cracovie
Cœur dans l’église franciscaine de Cracovie

Un nouveau type de partage

Moi qui adore manger et découvrir les spécialités locales : on peut goûter à deux fois plus de choses, sans avoir à prendre deux plats et manger pour quinze 🙂
On peut aussi louer des chambres dans des endroits assez spécifiques sans devoir dépenser des fortunes ou payer seule pour deux.

J’avais peur d’avoir tendance à aller un peu moins vers les gens. Finalement, j’en ai même fait bien plus. Je parlais comme je pouvais avec des locaux entre anglais, allemand et français. Monsieur M tentait également de communiquer et m’appelait à l’aide en cas de coups durs en anglais ou tout simplement quand la personne ne parlait pas de langues étrangères. Avec ce petit rôle complémentaire de support, je me suis donc retrouvée à parler à encore plus de personnes. Du bonheur !

Pouvoir partager les impressions du moment directement avec sa moitié, sans avoir à le faire par élément interposé. J’ai eu le sentiment de les ressentir plus fortement parfois. J’étais plus spontanée avec lui que je ne l’étais avant.

On partage différentes choses quelles soient physiques, psychologiques ou émotionnelles de manière différente qu’avec un inconnu ou par technologie interposée.

Petite dégustation de vodka aromatisées
Petite dégustation de vodka aromatisées

Ces quelques jours ont été pour moi assez intenses en émotions de part nos visites et des découvertes sur l’un et l’autre. Nous nous sommes fortement rapprochés, avons appris beaucoup. Les quelques tensions qui ont pu se créer au cours des derniers mois ont pu se dissiper grâce à nos conversations et à avoir pu passer du temps l’un avec l’autre. Nous continuons à avancer et pensons déjà à nos prochaines retrouvailles d’ici quelques semaines…
 
Comment ont été vos premières vacances avec votre moitié ?
Des difficultés de communication, des prises de tête, un rapprochement ?
Comment avez-vous réussi à gérer de nouveau la distance ensuite ?

Vie de Couple , ,