Saga Japon – Cours de cuisine à Kyoto

On ne peut parler du Japon sans sa culture Food. On connaît tous les sushis, le tofu, les ramens… mais ces plats ne sont qu’une infime partie de cette cuisine si diversifiée. Je voulais en apprendre un peu plus sur les bases de la cuisine japonaise de tous les jours dont je raffole. Pas de gros groupes, rien d’industriel, un cours de cuisine cosy et convivial chez l’habitant.
Je tiens à signaler que cet article n’est aucunement sponsorisé !

Recherche d’un cours

Après quelques recherches, je me suis donc décidée à prendre ce cours de cuisine à Kyoto, ville traditionnelle par excellence.
Il existe de nombreuses possibilités entre cours de cuisine de type sushis, plats végétariens, visite des marchés… A vous de choisir ce qui vous correspond.
Je cherchais un cours de cuisine dans une maison, pas un restaurant, quelque chose de vraiment plus traditionnel, en petit comité.
Mon regard s’est porté sur Haru Cooking Class. J’en avais déjà entendu parlé dans un Vlog et les critiques Tripadvisor étaient excellentes. De plus, c’était le seul qui offrait un cours de cuisine à domicile avec la possibilité de déguster du bœuf de Kobe.
Les sessions ne dépassent pas 6 personnes, côté convivial assuré.
Les prix sont également très raisonnables.
Le cours de cuisine à la découverte des fondamentaux de la cuisine japonaise et la dégustation de bœuf de Kobe coûte 7.900¥. Quand on connaît le prix de cette viande, c’est vraiment correct.
J’ai contacté Taro directement par email en lui transmettant mes dates de disponibilités. Le cours n’est pas disponible tous les jours puisque Taro donne un cours par jour, réservé à un seul thème. N’hésitez donc pas à le contacter dès que vous connaissez vos dates sur Kyoto.

Ingrédients pour le cours de cuisine japonaise
Ingrédients pour le cours de cuisine japonaise

Le cours de cuisine

Arrivée à 14h, je rencontre les autres personnes du groupe alors Taro vient nous chercher directement à l’arrêt de bus.
Chez lui, on se sent vraiment comme à la maison. Ce côté convivial est présent dès sa rencontre. Je ne me suis pas trompée, je risque de vraiment m’amuser. Après nous avoir présenté sa femme, Taro nous offre une feuille avec différentes recettes et nous liste celles qui seront au programme du jour.
Avantage, vous apprenez à cuisiner quelques recettes, et vous repartez avec d’autres à essayer. Je suis aux anges 🙂
Entre temps, nous rencontrons ses petites filles à leur retour de l’école. Des petites tellement adorables qu’elles ont fait craqué plus d’une d’entre nous.

Avant de se lancer dans les découpes et les cuissons, Taro nous explique les bases de la cuisine japonaise tout en nous détaillant la préparation d’un bon dashi, ce bouillon essentiel à la cuisine japonaise.
Alors que le bouillon mijote, c’est parti pour l’explication du bœuf de Kobe. Des origines aux contraintes liées à l’exploitation, l’impact de l’exportation sur le Japon mais également le suivi des bêtes entre leur certificat et le site internet.
Un moment d’échange culinaire et culturel, de partage dans le groupe alors que nous comparons les méthodes d’élevages de nos pays, les mets aux prix exceptionnels qui existent dans le monde…

Le groupe n’étant pas grand, tout le monde met la main à la pâte pour couper les légumes dont certains ont une méthode de découpe assez spéciale. Pour les cuissons, pareil, surtout pour le Tamagoyaki, cette omelette japonaise qui nous a offert de bonnes parties de fou rire. Taro est patient et surtout bon professeur, alors que nos maladresses pour faire cuire une simple omelette étaient nombreuses.

Tamagoyaki - Omelette japonaise
Tamagoyaki – Omelette japonaise

La dégustation

Après plus de trois heures de découverte et de cuisine, il est temps de déguster nos petits plats.
Le dashi maison offre un goût exceptionnel à la soupe miso. Le Tamagoyaki est un délice car encore fondant, les légumes frais assaisonnés offrent un équilibre parfais, le riz parfumé fumant donne tellement faim et au centre, le bœuf de Kobe. Juste très légèrement poêlé. La fine couche brune de la cuisson laisse apparaître son centre encore rouge et veiné de blanc. Le blanc, ce gras qui contrairement à tout autre bœuf fait la force de ce met délicieux. La viande moelleuse, juteuse mais surtout fondante en bouche. Impossible de réellement décrire cette sensation qui est juste incroyable.


Haru cooking class – Kyoto

Si vous êtes végétarien, Taro offre également des cours de cuisine végétarienne. Il propose également des visites du marché le matin avec la découverte des produits locaux. Vous avez donc plusieurs activités possibles autour de la culture food.
Pour plus d’infos, n’hésitez pas à vous rendre sur son site : Haru Cooking Class.
Taro a un excellent anglais et est un très bon coach. Rires, découvertes de nouvelles méthodes de cuisine et de goûts sont vraiment au rendez-vous. Un moment extrêmement convivial qui en apprend beaucoup sur la cuisine et la culture japonaise.

Merci Taro pour cette expérience mémorable !

Petite française - mais pas SI petite - expatriée depuis 2011. Après le Royaume-Uni chez les Gallois et l'Allemagne chez les Schwab, c'est au tour du Canada chez les Québécois. Passionnée de voyage, d'expatriation, de culture, de cuisine et du DIY, j'aime partager et discuter autour de ces thèmes.

COMMENTAIRES

Écrire un commentaire