Non classé , , , ,

Je vois pas mal de filles posant des questions sur la sécurité en Egypte ou d’autres se plaignant des regards insistants, d’être abordées, du stress généré par les commerçants…
Après avoir passé deux semaines et demie dans ce magnifique pays, en mode solo et quelques jours par-ci par-là avec mon pote François sur Le Caire, je vous fais part de mon expérience et de mes petites recherches sur place.

Woman eyes - Street art in Dahab
Les yeux de femmes – Art de rue à Dahab

L’avant départ en Egypte

Les discours de l’entourage

A peine ai-je dit que je partais en trip solo en Egypte que les yeux tous ronds de mon entourage se sont mis à me fixer. Début des longs discours sur l’insécurité en Egypte. Je vous ai fait la petite sélection de celles qui m’ont le plus marquées.

  • Je serai une femme dans un pays où l’islam est dit extrémiste.
  • Je vais voyager seule avec tout ce qui se passe avec les femmes là-bas.
  • L’armée qui est partout, c’est franchement flippant.

Enfin bref, je suis une folle, insouciante, suicidaire et tous ces jolis petits noms d’oiseaux qui me laissent indifférente.

Dans les tentatives de raisonnement j’ai quelques petites perles.

  • Non mais sincèrement l’Egypte ce n’est pas l’Europe ! – Sans déconner 🙂
  • Les rues sont dangereuses, les transports aussi, ce n’est pas pour rien qu’ils ont des transports réservés aux étrangers, c’est pour leur sécurité tu sais ! – Hummm niveau sécurité en France, nous ne sommes parfois pas mieux lottis…
  • Le site du gouvernement français a toujours une alerte sur la sécurité en Egypte. – L’alerte date d’il y a plusieurs années, jamais mise à jour, toujours laissée en suspens.

Niveau arguments, ils auraient pu trouver un peu mieux…

De ce qui est dit, il faut faire le tri

Comme souvent, je fais le tour de nombreux forums, sites internet, blogs et groupes Facebook afin de récupérer quelques informations. Quand dans mon entourage des personnes ont vécu, vivent ou ont déjà visité un pays, alors je vais jouer l’enquêteuse.
Le tout étant de ne jamais se limiter à une version des faits ou un avis mais de bien élargir son spectre de recherche.

Les forums et témoignages

Certaines filles se sentaient dévisagées, draguées tout le temps lors de leur séjour. D’autres avaient ce sentiment de pression à devoir s’habiller au plus local pour éviter ces désagréments.
Entre les jeunes enfants venant leur demander de l’argent, les commerçants essayant toujours de les attirer dans leurs commerces, certaines se sentaient parfois trop bousculées et oppressées.
D’autres, au contraire, n’ont eu aucuns problèmes et ne se sont pas senties en danger ou harcelées.
Au final, pas de réels dangers répertoriés.
Pas de quoi m’inquiéter, cela arrive dans tellement de pays. Il m’en faudra plus pour me faire même un chouilla douter.

Témoignages d’amis

Le témoignage le plus intéressant était celui de mon amie Lucie qui a vécu au Caire pendant plusieurs mois.
Sur son blog, elle expliquait ses débuts compliqués de femme blanche avec deux enfants en bas âge. Certes, ses débuts n’étaient pas simple et pourtant avec le temps, elle a découvert une autre facette de l’Egypte, bien plus touchante. Du positif après un passage dans le mitigé voir négatif.

Mon ami François, avec qui je passerai du temps sur Le Caire, était en mode « c’est différent mais tu verras bien. T’es une grande vadrouilleuse, tu te débrouilles toujours bien toute seule, donc je ne vois pas trop de problèmes. »
Vivant à l’instant T en Egypte, nous avons également parlé de la sécurité. Bien sûr, la politique interne peut parfois être tendue, il faut donc éviter de faire monter la tension et prendre quelques précautions. Se tenir informer sur certains lieux, de la situation politique… Faire attention à soi est la base de tout voyageur, peut importe le pays visité.
Dans tous les cas, si Monsieur le prof d’histoire dit qu’il n’y a pas de problèmes insurmontables, je le crois. Il me connait assez bien pour savoir si je pourrais gérer certaines situations compliquées.

La connaissance de soi

Se renseigner sur un pays, ses traditions et la sécurité, est une étape importante mais ce ne sont pas les seuls paramètres à prendre en compte. La connaissance de soi est un facteur non négligeable, je dirais même primordial. Seul vous-même êtes consciente de vos limites à endurer des situations compliquées.
Les craintes et l’insécurité ne sont jamais une chose facile à dépasser. Pourtant à un moment donné, tout voyageur y est en parti confronté. Le tout est de savoir si vous êtes prête à tenter l’expérience.
Si vous avez de gros doutes, alors peut-être visiter un pays qui vous paraît un peu plus sûr, sans pour autant être trop proche de votre propre culture, peut être un premier pas. Ou alors peut-être vous rendre dans ce pays en étant accompagné ?
D’après moi, pour apprécier son séjour, il faut avoir l’esprit au plus tranquille. Si l’on se sent stresser à tous les coins de rues, alors ce peut être un calvaire et il est alors difficile de profiter des meilleurs instants. Voir même de totalement passer au-dessus.

Têtue comme je suis et passionnée par l’Egypte depuis petite (merci à mon gentil prof d’histoire de 6ème), je n’allais pas passer sur cette occasion de visiter cet impressionnant pays chargé de mythes, de légendes et d’histoire.
L’Egypte sera mon premier pays avec un choc des religions et de culture aussi important. J’étais à la fois excitée et j’appréhendais fortement ce point.
Décision finale, je pars à l’aventure me faire ma propre opinion. En prenant les précautions nécessaires, il ne devrait pas y avoir de problème majeur.

In a metro station in Cairo
Dans une station de métro du Caire

Une fois sur place

Entre ce que l’on dit et ce qui se passe réellement, la différence peut être un énorme gouffre. Voici mon ressenti sur place, les opinions que j’ai récupéré de locaux et les quelques règles à savoir.

Les altercations

La drague

Je vais la faire à l’extrême avec un « Wesh Mam’zelle t’es bonne ! » qu’on peut souvent entendre en France dans certains quartiers.
Qu’on se le dise, je n’ai pas rencontré de personnes me l’ayant fait de cette manière. J’ai d’ailleurs eu très peu d’altercations de ce genre. Parfois un petit bonjour Mademoiselle vous êtes mignonne ou un « Je t’aime » qu’envierait Lara Fabian. Jamais de mains baladeuses ou de gestes irrespectueux.
Bref, rien d’inhabituel en sortant de chez soi direction la boîte de nuit branchée en étant bien habillée.

Photo please

Les jeunes égyptiennes m’appelaient parfois pour prendre une photo d’elles avec moi. N’aimant absolument pas les photos de ce genre, je refusais poliment.
Le problème c’est qu’avoir un groupe de filles hystériques autour de vous c’est perturbant. On se met en tête la scène du PATRIIICCCKKKK!!! hurlé par un groupe de fans de sexe féminin en transe. J’exagère mais pas tant que ça…
Par contre, cela ne m’est arrivé qu’au Caire et surtout dans des musées.

Les commerçants

Au début, c’est un jeu de patience dans les rues du Caire. Surtout sur les marchés et dans les rues principales des Souks.
Après quelques altercations, soit on perd patience, soit on laisse glisser tranquillement.
Rien de bien méchant, je vous rassure. On refuse poliment, s’il y a insistance, on refuse de nouveau en étant un peu plus froid.
Sachez qu’on tentera de tout faire pour vous faire rentrer dans un magasin. Vous offrir des choses, parler de la France que le commerçant a déjà visité ou a un membre de sa famille y résident. Bref, les histoires habituelles.
On ne peut trop en vouloir aux commerçants dont la plus grosse source de revenu est le tourisme, fortement impacté ces dernières années.
La première journée au Caire était assez « sportive » mais par la suite on s’y fait, jusqu’à ne même plus prêter attention.
Par contre dans les petites ruelles beaucoup moins touristiques, il est facile de se balader sans se faire alpaguer tous les deux pas. Un pur bonheur simple et calme.

Respect et traditions

L’Egypte reste un pays pauvre et sa culture, de part sa religion très présente, est bien différente de ce que nous connaissons en Europe centrale.
Nos habitudes d’européennes peuvent choquer, il est dont important de respecter la culture locale sans pour autant surjouer un rôle.

La tenue vestimentaire – Le too much controversé

Lors de mes visites de mosquées, je veillais toujours à avoir mon châle pour couvrir ma tête. Je ne me baladais jamais en short ou en T-shirt manches courtes. Pourtant, je ne voulais pas aller à l’extrême en me couvrant de la tête aux pieds. Non pas par manque de respect, bien au contraire, mais simplement par logique. Je ne suis pas de ce pays, et à vouloir trop passer inaperçue, il est facile d’en faire de trop et que l’inverse finalement se produise.
Je me souviens d’une personne sur un forum expliquant que les regards sur elle était bien trop présents. En voyant sa photo, elle était couverte de noir de la tête aux pieds. Ce petit côté « too much » attire directement l’attention. J’avais d’ailleurs moi-même bloquée 😮
De plus, elle ne voyageait pas seule. Je pense que, d’après mon expérience au Caire avec François, cela a dû jouer en sa défaveur.

Intriguée, j’ai alors interrogé certains locaux du Caire et d’Aswan rencontrés lors de mes différentes escapades. Ces derniers étaient unanimes.
Ils repèrent directement les touristes qui se moquent des traditions. Mais ceux qui en font de trop ne leurs échappent pas non plus, bien au contraire. Certains locaux auraient même tendance à en faire plus pour les rendre mal à l’aise. A vouloir trop ressembler et passer inaperçue, on provoque l’effet inverse. Une touriste n’a pas besoin de se couvrir de manière intégrale, elle restera une touriste et attirera le regard qu’elle le veuille ou non.
Personnellement, j’avais un pantalon ample long en fin tissu et une chemise large, manches trois quart. Je pouvais me balader sans avoir chaud, les remonter en cas de très grosses chaleurs sans me sentir étouffée, ni avoir ce sentiment d’un « Mais qui suis-je ? ».
D’après eux, ma tenue n’était pas locale – c’était certain 🙂 -, pourtant je risquais d’être bien moins importunée car j’étais en mode voyageuse mais en respectant les « pré-requis » culturels. A partir de là, je n’allais pas être la première cible des enquiquineurs.

Se balader avec le sexe opposé

Ce qui m’a assez intéressée a été la réaction des personnes entre mes périodes solo vs périodes avec François.
En solo, je n’ai personnellement eu aucuns problèmes sur place. La seule petite anecdote de regard insistant s’est produite en allant me promener avec François au Caire.
Pour mettre les choses dans leur contexte, nous étions dans le métro, sur les escalators, moi deux marches au dessus de François. Etant un ami, pas de gestes importuns ou irrespectueux, nous ne faisions que parler.
Un homme assez âgé s’est alors mis à me regarder avec insistance. Rien de méchant, cela met un peu mal à l’aise car je ne voyais pas trop comment lui demander gentiment d’arrêter mais comme ce n’était que pour quelques secondes, j’ai laissé coulé. En fait, cela nous a bien fait rire une fois posés dans la rame.
Comme quoi, seule je n’ai pas été dérangée mais avec une personne du sexe opposé, j’ai attiré l’attention.

Alors pour rappel, on ne se bécote pas dans les rues, on reste à une certaine distance de son partenaire. Que ce soit ami ou plus car il est très mal vu d’être très proche.

Symbole des stations de Métro au Caire
Symbole des stations de Métro au Caire

Wagons réservés

Au Caire, deux wagons situés au centre de la rame sont réservés aux femmes. Ils sont tous deux identifiables par le symbole d’une femme.
L’un des wagons est marqué d’un bandeau rose qui est réservé en permanence aux femmes, l’autre est marqué d’un bandeau vert et est réservé aux femmes uniquement entre 9h et 21h.
Les femmes peuvent bien évidemment monter dans les wagons mixtes. Personnellement, j’ai suivi cette règle à chaque fois et ne montais dans ces derniers uniquement avec François. Pas de problèmes avec ces dames, au contraire c’était assez détendu même si parfois je pouvais assister à des scènes assez comiques 🙂

Dans les transports

Je suis montée dans des mini bus, taxis, petits bateaux de traversée, bateau de croisière, bus longs et moyens courriers, train de nuit et je n’ai eu absolument aucun problème.
Il est tout de même bon de savoir que pour les petits bateaux de traversée, par exemple à Aswan, les femmes doivent s’installer devant.

En conclusion

Durant tout mon séjour, je ne me suis pas un seul instant sentie menacée ou dans l’insécurité. Je n’ai eu aucun sentiment d’oppression ou de malaise qui m’auraient fait me sentir vraiment tendue. Pourtant je me baladais dans certaines ruelles bien sombres et restais dans les rues jusque très tard dans la nuit.
Mes conseils : n’en faites pas de trop, respectez les règles de base de la culture et de la politique du pays et restez courtoises.
Parfois, il serait vraiment facile de perdre son sang froid, surtout au Caire. Avec 25 millions d’habitants environs, le stress peut facilement monter dans un premier temps. Entre le trafic, le bruit, les commerçants et les taxis qui mettent vos nerfs à toute épreuve, les premières heures peuvent être compliquées. Mais cela, ce n’est pas de l’insécurité, c’est le style de vie local 😉

Avez-vous déjà visité l’Egypte et quel fût votre sentiment en tant que voyageuse ?
Des anecdotes à partager ?

Non classé , , , ,

7 commentaires sur “Voyage au féminin – La sécurité en Egypte”

  1. Sublime article, je l’ai dévoré du début à la fin. Tu as eu l’air d’adorer! 😀 A quand un prochain road trip toutes les deux? … à moins que la place ne soit déjà prise 😉

    Grosses bises

    • Un peu long c’est vrai. C’est un sujet tellement d’actualité.
      Je pense que si tout se goupille bien ce sera au Canada ou aux US, t’en penses quoi ?

  2. J’ai eut les mêmes phrases venant de ma famille et mes amis avant de partir en Jordanie! Et là-bas, en étant fille seule, aucun souci 😉

    • Oui, ils ont souvent tendance à flipper. Mais de mon côté, ils voyagent peu et donc ils ont surtout, je pense, le syndrome « peur de l’inconnu ».

  3. Vous avez dit l’essentiel ! Je séjourne en Egypot en solo deux fois par an et aucun problème. Du bon sens et le respect de la culture et des gens et tout ce passe sans souci. L’Egypte est une merveille, de par sa population amicale et accueillante, les paysages sublimes et les monuments antiques inégalables…j’y séjourné au milieu de la population dans une location et c’est un bonheur de se mêler à la vie quotidienne. Stop à la parano et au sensationalisme teinté de condescendance européenne. Venez en Egypte, on vous y attend!

    • Merci Monique 🙂
      Je n’aurai pas pu dire mieux sur ce pays tellement beau sur tant d’aspects…

  4. J’ai été 4 fois en Egypte (louxor) avec des étudiants, très beau pays, je dois dire que je mis suis sentie à l’aise, pour ce qui est de la tenue vestimentaire, short et top , je n’ai jamais été harcelée, on m’appelait Madame Sarkozy (je suis blonde aux yeux bleus lol) par contre j’ai eut des reproches de deux anglaises qui trouvaient scandaleux que je ne respectais pas le pays avec ma tenue. Comme j’aimerai y retournée !!!

Écrire un commentaire